3

Update – Fuck 2020 #2

Ce soir, je pleure un peu. Un deuil, en quelque sorte.

En février dernier, j’ai appliqué, un peu sur un coup de tête (mais après des années de réflexion!), au SRAM. Ça faisait des années que je pensais me réorienter dans un domaine en relation avec l’aide aux autres, l’impact social, et l’intervention. Même durant mes études en multimédia au début des années 2000, je zieutais souvent les programmes en travail social et en psychologie, et je me demandais à chaque session “Et si je changeais…?”

Zoom vers 2020, et finalement je me lance: je m’inscris au DEC en travail social au Cégep du Vieux-Montréal. SURPRISE: je suis acceptée! Un peu en choc (mes notes post-secondaires ne sont pas trop reluisantes, car mettons que pour plusieurs raisons, au travers des années, j’ai toujours eu de la difficulté à bien performer durant mes études, et je n’ai donc jamais eu un bulletin…fort, mettons), j’ai eu la confirmation d’acceptation finale poru l’automne 2020. Retour à l’école prévue fin août 2020.

Mais…bien sûr, 2020 ayant commencé de façon catastrophique (mettons que les frasques politique de nos voisins du Sud, + tous les problèmes climatiques observés en début d’année ont bien lancé le bal d’une année qui s’annonçait merdique), je me retrouve donc, comme la planète toute entière, affectée par l’arrivée soudaine du coronavirus dans nos vies en Mars. Mettons que tout fut mit en veilleuse, et j’ai été parmi les chanceux du monde du travail à avoir encore une job, à ce moment-là!

Les semaines ont passées, et toutes les péripéties de ces mois en “arrêt” social et physique m’ont fait réfléchir…beaucoup. Sur comment je devais envisager mon futur immédiat, mais aussi celui de mes proches, de mon enfant, de mes amis…

Est-ce que je peux me permettre de sacrer là une carrière en tech bien entamée? (Veux veut pas, ça fait 20 ans que je code des sites web de façon professionnelle: ce n’est pas rien!)

Est-ce que je peux me permettre de vivre sur un salaire réduit pendant quelques années? Dans l’économie full instable qu’est maintenant la nôtre? Une économie Post-Covid19, qui aura encore d’autres hauts et bas dans les prochains mois? Alors que les jobs en tech sont pas mal “garanti” pour un long bout?

En tant que mère monoparentale, est-ce que je peux me permettre un salaire sous la moyenne nationale, alors que j’ai un enfant à faire vivre sur mon salaire? (Ne me partez pas sur le sujet du salaire des femmes inférieures à celui des hommes…)

Avec la flambée rapide des loyers montréalais, comment puis-je arriver à habiter dans une maison décente si la majorité de mon salaire sert à payer le loyer? COmment je fais pour payer le reste des comptes, qui sont quand même essentiels malgré tous les “gourous” de la finance personnelle peuvent cracher en ondes? (Ne me partez pas non plus sur le sujet des osti de caves qui parlent de finance personnelle alors qu’ils sont complètement déconnecté de la réalité…)

Et s’il y a une 2e vague du coronavirus: je vais être pognée à garder mon enfant à la maison encore, à devoir combiner le travail + l’éducation à la maison. Aurais-je vraiment le temps de faire mes cours à moi?

Ça fait des mois maintenant que je tourne en boucle cette réflexion sur mon futur professionnel, mon retour à l’école, et de ce que je veux finalement faire dans la vie. Quand je commence à me mettre dans le “mindset” du retour à l’école et de me mettre le nez dans mes cours en travail social, j’arrête pas d’être en colère, car je vois ensuite d’autres cours qui m’intéressent (allo les cours d’histoire, tsé!), ou d’autres cours qui seraient pourtant + nécessaire à mon domaine professionel actuel (Allo les cours de gestion de projets, ou en cybersécurité!), et je pogne les nerfs parce que je peux pas toute faire en même temps. J’arrive pas à garder un focus de + d’une semaine sur un sujet, alors je commence à me demander comment je vais réussir à étudier dans un DEC pendant 3 ans…

Bref, ce soir, je suis triste, parce que je vois bien que je ne retournerai pas à l’école. Du moins, pas pĥysiquement, pas à temps plein. Et pas pour une réorientation de carrière, for sur. Et pas maintenant…

Je commence à douter que je retournerai un jour sur les bancs d’école :'(

3 Comments

  1. C’est pas parce que tu prends une décision (difficile, mais nécessaire) maintenant que you’re screwed pour le reste de tes jours. Prends le temps de continuer à réfléchir. En ce moment c’est incertain, mais ta job est assurée, alors garde le statu quo. Revois le tout dans 6 mois? Un an? Deux ans? Parfois on se dit “Fuck it, c’est fini”, mais y’aura certainement d’autres occasions pour toi dans le futur… et un futur possiblement pas si éloigné. C’est tout à ton honneur de penser au bien-être de ta fille. C’est un sacrifice en ce moment. Tu verras ensuite. Courage!

    • Oh, je sais. Mais reste que, avec mes intérêts multiples, et mes envies qui changent aux 6 mois, je sais pas si je vais réussir des études étalées sur de longues années.
      On verra, comme tu dis…

  2. Je compatis. Mais dis toi que ce qui semble difficile en ce moment est peut-être une porte pour autre chose. J’ai du mettre de côté mon projet de PhD en santé publique en décembre pour des raisons de santé. Je réalise, avec la pandémie, le recul, que c’était peut-être la meilleure chose. C’est peut-être ça qui t’arrive. Et j’abonde dans le même sens que Stéphane plus haut, tout est temporaire. Tu n’as aucune idée où tu en seas dans 6 mois

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.